Mon récit des Crêtes Vosgiennes 2019

Les Crêtes Vosgiennes, c’est 33km de montées et descentes incessantes sur du roulant, du caillou, de la racine, des rochers ! Je ne me décide qu’à les courir la veille et un grand merci à Gilles, le gérant du magasin Endurance Shop de Colmar pour m’avoir trouvé un dossard de dernière minutes alors que les inscriptions étaient closes ! merci, top, top et retop ! Pour la part c’est ma troisième participation 2014, 2017 (récit ici),  et j’en avais gardé un souvenir d’une course exigeante ! Mais pour moi les crêtes, c’est l’étape indispensable de tout traileur alsacien qui se respecte, un peu comme le festival Burning Man pour les originaux qui se respectent !

J’arrive avec Antoine aux départs des navettes au Lac Blanc, lieu qui sera également celui de l’arrivée de la course. Le soleil est présent, la température est clémente et nous arrivons au Markstein environ 30 min avant le départ. Là-bas, le vent souffle mais ça reste supportable. Je salue Nicolas FRIED présent pour assurer les photos de la course – accessibles sur son site Alsace-En-Courant.com  – qui profite pour me glisser un mot d’encouragement toujours bon à prendre 🙂 . Le départ est donné , je suis à 1 mètre de Sébastien SPEHLER, ma stratégie est de le coller aux baskets pour le dépasser dans l’ultime descente avant l’arrivée et gagner la course (!) , mais au bout de 6 mètres de course je revois mon objectif… le départ est comme souvent rapide et la montée en tout droit sous le téléski calme les ardeurs de tous, les jambes sont chaudes mais pas encore en surchauffe. On avance et au kilomètre 7, nous sommes un groupe de 4 coureurs, moi le dernier qui se suivons de près dans une monotrace entourée de myrtilliers quand soudain je vois le premier coureur fait un énorme saut vers le haut, le second aussi et le troisième également ! Ils venaient tous les 3 d’éviter un serpent présent sur le sentier qui tentait de se dégager du chemin ! Flippant, avec ma phobie des rampants, me voilà rassuré ! Ma forme apparente vole finalement rapidement en éclats car il n’y a pas moyen de trouver un rythme de croisière avec l’enchaînement des montées (plus d’une vingtaine sur l’ensemble de la course!) et des descentes. Le spectacle est comme toujours formidable, que les crêtes sont belles ! En ce dimanche estival un grand nombre de randonneurs et touristes jonchent le parcours, toujours près à nous pousser de l’avant ! Col du Hahnenbrunnen, Herrenberg, Rainkpopf, puis le Hohneck, je suis épuisé ! L’arrivée à la Schlucht (20,5km, 2h06min)  fait du bien, même si la montée dans les rochers qui s’en suit est vraiment compliquée!

Nous ressortons de la foret, indèmes, pour attaquer la plus technique de l’épreuve autour du Tanet et ses chemins sans dessus ni dessous ! En contrepartie l’endroit est magique de couleurs, c’est de toute beauté: c’est beau comme sur les chemins de la Sierre-Zinal, la grande soeur alpine des Crêtes Vosgiennes ! La course se finit par les gazons, Faith puis Faing avec des chemins plus cléments pour les traileurs ! On peut à nouveau courir ou au moins trottiner ! Un dernière descente, et l’arche noire marquée Endurance Shop est devant moi, je la franchis en 3h30min à la 106ème place sur 702 arrivants. Je mets 10 min de plus qu’il y a deux ans, peut être à cause des traces de mon Eiger Ultra Trail (101km, 6700md+) couru un mois plus tôt (mon récit ici) J’attends Antoine, je discute avec Lionel qui aussi est au bout de sa vie et après avoir repris des forces, nous décollons direction Strasbourg ! Mes stats: http://www.movescount.com/fr/moves/move302845547

Les photos des coureurs sur le Facebook de Alsace Running c’est par ici.

Les résultats de cette édition 2019 sont par ici.

 

 

Author: Arnaud MICHEL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.