Mon récit du 28km du trail de la Hasel

Invité par l’organisation, je décide de me rendre ce 23 juin du côté de Oberhaslach pour courir le “Rocher” une sympathique épreuve de 28km pour 1100m d+, et ce en free-taxi-13-fischer. Au retrait des dossards tout le monde est là, Alex, Julien, Stof, Tug, Olivier, Yves et tout ceux que j’oublie, le soleil pousse les quelques nuages et la température est idéale… bref de quoi passer un bon moment.

Me concernant je connais le parcours, les chemins, leurs difficultés, les faux-plats, le moindre caillou, la moindre racine: c’est ici que je m’entraîne, je suis déjà passé des dizaines de fois par ces sentiers; dire que je peux les aborder yeux fermés peut être prétentieux mais j’ai quand même une bonne connaissance des lieux et je compte bien surfer sur cet avantage.

Le départ est donné, je ne sais pas combien nous sommes… je snobe le brieffing (pas bien!), j’ai envie de partir ! Et justement c’est parti, un tour de pré, on passe dans le village de Oberhaslach qui offre sa première montée et on profite d’un début de course assez clément en matière de difficulté sur un sentier le long de la Hasel: on avance rapidement, la montre affiche 4’14 min/km de moyenne lors des 4 premiers kilomètres. Maintenant ça monte, et plutôt bien… la première partie se fait via un sentier à dénivelé régulier, encore “courable”, mais la seconde c’est un sentier presque improvisé à travers les bois sur lequel marcher est la règle car c’est (très)  abrupte ! On prend ici plus de 500 m de d+ su 4km, c’est dure, ça pique mais ça m’entraîne pour mon 1220 m d+ sur 5,5 km au Verbier Trail dans 15 jours.

La porte de Pierre est maintenant devant nous, nous la franchissons en passant entre ses piliers et son linteaux et on aborde la première descente. Ici aussi, ça envoie du bois, mes baskets, mes jambes et tout le reste se laissent aller sur ces chemins pourtant les plus techniques du parcours. Arrivé plus bas, on doit déjà remonter direction le Col du Narion. Nous sommes à présent déjà bien dispersé et au 11ème kilomètre le classement se dessine déjà. Le premier ravitaillement est en haut, je mange une barre à la texture et au goût indescriptible mais ça redonne du jus pour fouler la route forestière du GR53 avant la seconde grosse descente de la course sur un monotrace, en direction de la route du Kappelbronn. Arrivée plus bas, la dernière vrai montée de la course, en direction d’une merveille locale: le Jardin des Fées que nous ferons que contourner sans jamais l’atteindre; c’est presque une bonne chose tant la montée sur le haut de cette montagne est compliquée. J’échange quelques mots avec un coureur qui évolue avec moi depuis de nombreux kilomètres mais je sens à travers notre échange qu’il n’est pas au top. Le rythme moyen s’effondre mais nous continuons à trottiner malgré tout.

Dans la descente qui suit je me fais dépasser par un coureur qui à une incroyable fraîcheur, je tente de le suivre mais 10 secondes suffisent pour comprendre que je n’y arriverai pas. La fin de course, après le passage du séquoia géant est plus simple, car globalement en descente malgré quelques faux-plats. Nous rejoignons les coureurs du 14km au 22ème kilomètre (au niveau du second ravitaillement), et je me sens soudainement moins seul pour finir cette course. Un passage un peu périlleux pour rejoindre la cascade du Soultzbach, quelques foulées le long du ruisseau du même nom et on rallie le village de la course.  Sous le soleil et complètement épuisé je boucle la boucle en 2h36min47s à une convenable 13ème place sur 269 arrivants. Mes stats sur Mouvescount sont ici.

blanc

Une fois de plus, une organisation au top, des bénévoles souriants et un parcours toujours aussi magnifiques. J’ai trouvé étrange d’avoir une notion de concurrences sur ces chemins que j’aborde si souvent sans pression du temps et du chronomètre. Me concernant, pour la prochaine étape, ce sera en Suisse sur le Verbier Trail, une broutille de 73km pour 4900 md+, ça ne sera sans doute pas la même chanson. Des photos de la courses sont disponibles ici.

Pour ceux et celles qui ont aimé le coin, voici 3 parcours à faire pour  et qui font découvrir une autre partie du massif sur les hauteurs de la Vallée de Bruche.

bl

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.