J’ai testé le parcours du trail du Défi du Muhlbach du Trail des Marcaires.

Une semaine après mon Grand Défi des Vosges du côté de Niederbronn et ma belle 19ème place (récit ici), je profite de ma carte blanche du dimanche pour me rendre vers une perle des Vosges: la verdoyante vallée de Munster; et plus précisément du côté de Muhlbach-Sur-Munster, lieu de départ du trail des Marcaires. C’est justement au gymnase de la commune – qui est le départ de la course – que je pose la voiture dans l’optique de tester le circuit du Défi du Muhlbach et son 32km et 1500 m d+ annoncé. Je connais presque bien le coin puisque j’ai déjà participé à deux éditions du trail des Marcaires, trail qui fût a chaque fois traumatisant pour moi: mon récit de l’édition 2014 est ici, celui de l’édition 2016 est ici. Ici ça sent le trail: sur la porte du gymnase, une affiche, celle de la Tragédie du Dossards 512 de Yoann METAY (mon impression du spectacle ici) qui est annoncé dans la vallée quelques jours plus tard. La volonté est d’en fait de s’imprégner d’une partie du circuit puisque j’ai au programme 2018 la nouvelle épreuve qui est l’Ultra Trail de Marcaires une belle balade de 74km pour 3700 m d+, qui s’annonce de toute beauté !

Le début est classique, un peu d’échauffement sur la piste cyclable macadamée. Cette fois, je suis tout seul, pas besoin d’accélérer pour se démarquer du flot de coureurs. Ce sont ce jour là des VTT qui sont en compétitions que je croise, lors des premières montées, à la hauteur de la ferme du Pfeifferberg. L’organisateur qui avait visiblement privatiser toute la montagne me marmonne dessus et je disparais dans les bois en direction de Mittlach… le calme avant la tempête ! Un traditionnel clin d’oeil à Bill, la belle sculpture en bois en hommage au dernier ours de la vallée de Munster, abattu au milieu du XVI siècle par un paysan. En fait le passage devant Bill donne le vrai départ du trail après près de 5km de chemins paisibles.C’est à cet endroit que l’on rejoint le GR5 mais surtout commence la grosse ascension de ce trail: direction le Hohneck, mais avant d’y parvenir il faut grimper. Le chemin es soudainement contrasté avec ce qu’il y avait jusque là: le sentier est irrégulier, les pierriers sont nombreux et rendent la donne soudainement beaucoup plus technique. Le petit torrent du Wormsabach berce vos foulées et le Honeck est là devant, au loin, presque à portée de mains, presque…. en fait non! Il faut monter, l’ascension est physique et le passage au lac du Fischeboedle et sa cascade marque sensiblement la moitié de l’effort. Un petit sentier vous amène au Lac de Schiessrothried et vous sera là déjà bien en jambe, bien comme il faut, bien transpirant, à vous demander presque ce que vous faites là … courage il ne reste que 23km à courir! Ca monte encore, après un chemin en zig-zag, vous quittez les bois pour les chaumes et arriver enfin a la Ferme Auberge du Schiessroth.

Kinox Panoramix depuis le Petit Honeck

Les paysages sont splendides mais le plus dur est devant: la montée, en tout droit sur le petit Hohneck. Incourrable pour moi, je mets les mains sur les cuisses et j’attaque le morceau. En haut, les jambes piquent et la montre affiche presque un +800 m de d+ sur les 7 derniers kilomètres. Un dernier effort vous mènera au Hohneck, fièrement situé à 1356 m d’altitude, point culminant de ce trail. Je me dis que le plus difficile est derrière mais la neige qui n’a pas encore fondu rend parfois le chemin glissant, quand on trouve le chemin. Il faut être prudent, les névés sont encore nombreux en ce mi-avril, naturellement je ne m’y aventure pas, je les contourne.

On peut enfin se laisser aller et courir un peu, sur ce chemin moins pentu et moins technique. Quelques passages dans la neige sont  nécessaires et des arrêts pour contempler les jonquilles sauvages percer les herbes tout autant. Je ralentis rapidement le pas car la plongée direction le lac d’Altenweiher et aussi compliqué. Le chemin est jonché des cailloux, branches et détrempé par la fonte des neiges. Le plus compliqué de cette descente est à venir: après être passé à la hauteur du lac le sentier se complique: des roches, des roches et encore des roches, je ne cours quasiment plus par crainte de me tordre le cou dans cette descente technique. On sent bien là que l’on est sur du vrai trail !

Après un gros passage abrupt, je retrouve Mittlach que j’avais quitté 17 km plus tôt (j’ai couru ces 17km à une moyenne de presque 11 min / km !!) et que je traverse fièrement, en me disant que le plus compliqué est sûrement derrière. Et c’est presque vrai: à partir de là il y a beaucoup de chemins larges et simples: ceux qui ont encore de la force pourront à partir de ce point recommencer à courir plus facilement. Il reste cependant 10km et trois petites montées mais sans comparaison possible avec celle du Hohneck. Un passage devant le cimetière du Chêne Millet où reposent plus de 2500 soldats tombés lors de la première guerre-mondiale, puis quelques foulées après je dérange un chevreuil qui se la coulait douce. Je traverse des prés, c’est vert et paisible et je rejoins avec des jambes alourdies par l’effort le petit village de Sondernach qu’il faut également traverser.

Une dernière petite montée, bien cassante que j’aborde en marchant (par ce que je n’en peux plus ! ), puis un passage magnifique sur un chemin en herbe depuis lequel on aperçoit les dernières neiges sur les hauteurs, tout en se disant que on était en haut juste avant, et me voilà arrivée ! La boucle est bouclée. A l’arrivée c’est Lionel qui m’accueille avec un breuvage bien rafraîchissant. Il s’est inscrit au Défi du Muhlbach 2018, alors on refait le trail ! Ma trace est sur Movescount est ici, avec quelques bugs de GPS au niveau du lac d’Altenweiher .

Distance totale: 34.05 km
Altitude maximum: 1363 m
Altitude minimum: 454 m
Denivelé total positif : 1917 m
Denivelé total négatif: -1908 m
Vitesse moyenne: 9.21 km/h
Durée totale: 04:48:45
Télécharger

Grosse sortie dominicale dans un des plus beaux endroits des Vosges. Les Marcaires restent les Marcaires et quelques soit le format choisi, ce sont des trails exigeants ! Mais la beauté des lieux fait oublier la difficulté du parcours. Il me reste un mois pour m’endurcir d’un poil et aborder ce nous UTM qui nous amènera jusqu’au Grand Ballon. Courbatures garanties. Rendez vous le 20 mai 2018!

Les informations sur le site officiel du trail des Marcaires c’est ici: traildesmarcaires.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.