Ma montée du Wintersberg 2017 !

La montée du Wintersberg, c’est:

  1. il y a une belle grosse montée
  2. il y a la tour du Wintersberg tout en haut.

Départ de Strasbourg, le ciel est gris, le vent souffle et se sont des seaux d’eau qui tombent. C’est globalement la même météo dès que je me rends sur une course. Pas grave quand on aime… Une heure plus tard, nous sommes à Niederbronn, je ne m’y étais plus rendu depuis ma reconnaissance pour le 43km des Courses Nature de Niederbronn (récit ici). Le gymnase est déjà plein de coureurs, ça grouille, ça sent déjà la bonne ambiance d’avant course ! Le dossard est récupéré, le bonnet à l’effigie des Vosgirunners (l’association organisatrice) en cadeau aussi: il ne sera pas de trop vu la météo. Comme à Niederbronn, les traileurs sont toujours chouchoutés, de la brioche et du café chaud sont à disposition des sportifs, idéal pour prendre des forces et se réchauffer avant de quitter le gymnase pour l’échauffement. Me concernant, il se limitera à un petit tour de piste d’athlétisme, toute fraîchement refaite. Ca faisait des années que je n’avais pas foulé une piste d’athlé ! Bref, il faut se rendre sur la ligne de départ, j’aperçois au loin Mathieu MOTSCH, alsacien et tout récent finisher de l’incroyable Tor des Géants qui s’était pris le temps de répondre à une interview que j’avais publié sur mon blog (ici).

Didier AMET, Président des Vosgirunners, peut donner le départ, c’est parti et c’est très vite parti ! Nous commençons par un tour presque complet de la piste, pour ensuite un peu fouler les rues de Niederbronn, direction les bois et plus précisément un chemin forestier relativement large et plat sur presque 2km. C’est astucieux parce que ça permet à l’amas de coureurs du départ de s’étaler un peu. L’allure est toujours aussi rapide, je sens que la suite sera compliquée si ça ne ralentit pas. Les coureurs de la tête de course s’éloignent petit à petit et mauvaise nouvelle pour moi, au 3,5ème kilomètre, ça monte de plus en plus ! Tellement que je ne parviens pas à courir. La vitesse moyenne s’effondre de 15kmh/ à 11km/h. Au niveau du col de la Liese, le public est amassé. Les gens nous encouragent vivement et ça fait du bien car personnellement, je suis en lute ! Les couleurs de l’automne sont belles dans les forets du Parc Régional des Vosges du Nord et l’effort porte ses fruits: la tour du Wintersberg est devant nous, visible à travers les bois. Il reste quelques foulées à faire, et nous sommes à ses pieds! La tour a elle, la tête dans les nuages et le brouillard. Nous sommes au point culminant de la course, à 581m d’altitude, mais est également au point culminant du massif des Vosges du Nord. Sauf que aujourd’hui, pas le temps de faire du tourisme, il faut redescendre.

Au briefing du départ, on nous avait prévenu qu’il y avait régulièrement des entorses sur ce tronçon: quand on le pratique on comprend mieux le sens de l’avertissement: le single est relativement raide, jonché de pierres et de racines, le tout masqué par des feuilles mortes et pour couronner l’ensemble, glissant par la pluie ! Il faut être prudent mais quand même descendre vite, car derrière ça pousse et ça veut dépasser. L’étroitesse rend l’opération difficile mais certains concurrents plus en jambes y parviennent.

Pour ma part, je reste prudent et sachant que les premiers sont désormais trop loin donc plus atteignable et que la course est jouée, je préfère ne pas tenter pas le diable. Il faudra à peine 17 min pour rejoindre le bas de Niederbronn, mais une dernière petite montée de 1km se présente face à nous: il faut la franchir pour revenir au stade. Sous une pluie fine, je franchis la ligne en 55min et 17 secondes, à la 63ème place sur 669 arrivants.

Voilà, le Wintersberg a été gravi ! Et non sans mal dans cette course exigeante et rapide. Les Vosgirunners ont le sens de l’hospitalité et savent partager aux traileurs ce qu’ils ont de meilleur: les montagnes des Vosges du Nord. Pas forcement satisfait de mon classement, je paie une saison tronquée par la bobologie et par conséquent le manque d’entraînement. J’ai hâte d’être en avril 2018 pour enfin courir cette nouvelle formule du Grand Défi des Vosges que j’ai du annuler cette année sur blessures, distance « marathon » sur laquelle je devrai être plus à l’aise. Cette belle montée du Wintersberg est le clap de fin d’une année 2017 compliquée  avec plus d’annulations de courses (Trail des Roches, C2N, 80km MMB, Marcaires…) que de courses courues avec seulement trois courses au compteur: les Crêtes Vosgiennes (récit ici) et le l’Infernal Trail des Vosges 60 (récit ici).

PS: une mention d’amitié spéciale aux Vosgirunners pour leur accueil, l’organisation au top mais aussi la mise à disposition de dossards offerts pour notre page Facebook Alsace Running !

Distance totale: 10.64 km
Altitude maximum: 575 m
Altitude minimum: 197 m
Denivelé total positif : 484 m
Denivelé total négatif: -483 m
Vitesse moyenne: 13.07 km/h
Durée totale: 00:55:14
Télécharger

*** La page Facebook de partage autour du running et du trail en Alsace *** 

rejoignez-nous-facebook

 

e

Laisser un commentaire