Mon test de la Décathlon Kalenji Kiprun Trail MT

Quelque mois après avoir testé la Kalenji Kiprun Trail XT6, me voilà parti pour essayer une nouvelle paire de la marque. La XT6 n’a rien à envier en terme de qualité, confort, tenue de route alors pourquoi changer? Quand on est content, on resigne avec confiance. Me concernant je décide de parcourir les chemins montagneux avec la Kalenji Kiprun Trail MT. Tour d’horizon, tests, avis de la chaussure:

Vu de l’extérieur… côté esthétique générale la MT est dans la lignée de sa cousine la XT6: le chausson a une belle finesse. Ce même chausson est constitué d’une surface de tissu aérée, renforcé sur environ la moitié de surface par une matière synthétique plus épaisse solidifiant le tout: ils rendent la chaussure plus robuste. Ces renforts permettront aussi de protéger les pieds du traileur des agressions extérieures lors de chocs sur des pierres par exemple. Côté couleurs, le mesh de la chaussure est noir avec des rappels d’orange flash, couleurs qui s’inscrivent dans le style de la gamme Kalenji actuellement disponible sur le marché. Il en est de même pour les lacets. Les fans de la marque y trouveront donc une cohérence avec leurs vêtements! Concernant les lacets, la MT se voit dotée d’une petite poche de rangement du noeud de lacet, pratique durant ses sorties pour éviter que le lacet ne reste accroché dans les épines ou ne se balance tout simplement.

Une fois au pied, le premier ressenti est que l’on est bien dans son chausson: évidement c’est souvent le cas lors d’essais en magasin mais là on sent un renfort de chausson particulièrement travaillé: c’est molletonné et une fois chaussée, c’est agréable au pied! Kalenji met en avant une chaussure utilisable pour des ultras, la marque s’est donc particulièrement appliquée pour développer le confort du coureur. C’est pour moi un point indispensable: lors des trails longs, suffisamment de douleurs apparaissent pour être en plus embêté par une chaussure qui fait mal! Il faut cependant voir si ce confort se ressent durant les efforts… réponse un peu plus loin lors du test sur les chemins.

Et dessous, les crampons…  et les crampons c’est son atout principal! La semelle est dotée de crampons en forme de carré répartis sur l’ensemble de sa périphérie afin de garantir de la stabilité lors du contact avec le sol, de crampons en forme de triangle pour l’attaque du terrain sur la partie avant de la semelle et enfin en forme de « V » sur la partie arrière, forme permettant d’éviter les glissades sur les terrains gras. Enfin, et sans doute le plus intéressant de ce modèle, c’est la longueur des crampons: Kalenji annonce des crampons de 5mm de long ! On est sur une chaussure richement équipée de ce point de vue ! A noter un traditionnel pare pierre qui fait son boulot de protection des doigts de pied. En partant sur la Kalenji MT, on cherche une chaussure avec une grosse adhérence et protection du dessous du pied. Selon moi, ce type de chaussure prend un vrai sens utile sur les chemins:

  • particulièrement rocheux et abîmés
  • gras et boueux
  • enneigés

Et sur les terrains…

Quoi de mieux qu’une montée bien rocheuse comme celle permettant d’accéder à la au sommet de la Porte de Pierre, via le GR53… un sentier étroit, rocheux, irrégulier et gardé humide par la présence d’une foret dense. C’est un chemin que je connais bien et je cours en insistant sur mes appuis afin de tester l’adhérence et l’accroche de la MT: de ce point de vue je ne suis pas déçu car les crampons font leur boulot ! C’est stable et c’est donc par conséquent rassurant… je n’ai pas de dérapage incontrôlé à signaler ! Le test du rocher vert de mousse passe aussi bien, seul celui de la racine lisse et humide qui sort du sol est plus compliqué mais on est sur un obstacle qui glisse comme une plaque de verglas !

Ce qui a particulièrement retenu mon attention, c’est la protection du dessous du pied. Le terrain à beau être cassant, on ne se sent pas cassé ! Là encore je pense que l’association des hauts crampons et de la semelle permet aux coureurs de ne pas être gêné par les irrégularités du terrain. Les arêtes des roches ou les cailloux pointus sont parfaitement absorbés par la chaussure et le coureur ne ressentira pas de gênes sous le pied. C’est un bel atout pour utiliser la MT sur un trail long, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de la tester sur ce type de compétition.

Côté confort dans l’effort, mon pied s’est tout de suite adapté à la chaussure, ou l’inverse, mais je n’ai pas eu de point de frottement, ni de gêne au niveau de la conception de la semelle ou du chausson. Malgré une première sortie de presque 30km, mes pieds s’en sortent sans rougeurs ni ampoules, ce qui n’est pas toujours une évidence pour une paire de chaussures neuves. Côté pointure, elles taillent « normal »: je chausse généralement du 43, et la Kiprun Trail MT taille 43 me va à merveille. Enfin, concernant le dynamisme, cette notion aussi chère aux coureurs que difficile à retranscrire par écrit, la MT fait aussi ses preuves:  j’en suis satisfait mais cette notion est selon moi si compliquée à retranscrire que j’invite les (futurs) porteurs à faire leur propre avis !

Pour conclure, la Kalenji Kiprun Trail MT a tout d’une grande: taillée pour les chemins techniques, vous saurez l’apprécier tout particulièrement pour la protection qu’elle offre à vos pieds. Gros atout également, non évoqué jusque là, c’est son prix: comparées aux chaussures de sa gamme la MT a un prix bien plus attractif, car annoncée à 79€ sur internet et en magasin. A noter que je n’ai pas pu la tester sur chemins enneigés, mais je compléterai cet article dès l’arrivée des premiers flocons

Toutes les informations techniques et de présentation sur le site de Kalenji.

Les autres tests trouvés sur le net:

 

La page Facebook de partage autour du running et du trail en Alsace

rejoignez-nous-facebook

Laisser un commentaire