Le récit de mon 33km des Crêtes Vosgiennes 2017

Près de 10 mois après ma dernière course, Le trail long de Belfort (résumé ici), me revoilà!  J’suis retapé, remis sur pieds, droit sur mes guibolles, ressuscité ! Antoine me récupère à 6h du mat’, clope au bec, pour qu’on roule ensemble direction de Lac Blanc sur les hauteurs de Orbey. Arrivés sur place, il fait un bon petit 7°C qui réveille comme il faut et on saute dans la navette avec un départ est immédiat: 45 min plus tard nous sommes au Markstein pour le retrait du dossard. C’est également le lieu de départ, et après quelques va-et-vient d’échauffement, le départ est donné. Sébastien SPEHLER le favori est devant moi, il n’y a qu’à s’en inspirer ! Ca part relativement vite, comme souvent, mais là encore plus puisque les premiers kilomètres sont en descente, sur un chemin large, sans  grandes difficultés techniques.

Par contre la première montée est elle, tout bonnement compliquée puisqu’elle suit une remontée mécanique de la station de ski du Markstein. La suite est de nouveau un peu plus roulante puisque je parcours les 10 premiers kilomètres à une vitesse moyenne d’environ 12km/h. La suite par contre va être plus compliquée puisque les chemins roulants laissent  petit à petit place aux pierre et cailloux, rendant la tâche plus complexe: la vitesse moyenne s’effondre ! Pas grave les paysages sont toujours aussi beaux, je ne me lasse pas des crêtes et de son célèbre petit rectangle rouge, le GR5.

Le Hohneck s’apperçoit de loin, en tout petit, mais je me dis qu’il va encore falloir suer un peu pour l’atteindre. Ce n’est peu dire par ce que la multitude de courtes montées et des descentes qui s’en suivent sont, je trouv,e très cassantes. Je n’ai pas l’habitude de m’entraîner sur ce type de terrain et je le ressens clairement. Les belles vaches vosgiennes sur les bords des sentiers nous soutienne et un concurrent devant moi rate de peu de se faire charger par l’une d’entres elles qui s’est soudainement mise à dévaler la pente ! J’ai eu peur pour lui et je suppose que lui aussi ! Entre le Rainkopf et le Hohneck, un supporter de prestige est sur le côté: Stéphane BROGNARD l’ultra-traileur vosgiens et détenteur du record de la traversée des Vosges, applaudit les concurrents venus courir sur ses terres. Son soutien n’est pas de trop par ce que la montée en marches d’escalier vers le Hohneck, point culminant de l’épreuve à 1360m est terrible. On en ch*** mais on est là pour ça: tout va donc pour le mieux !

La météo est parfaite, les paysages encore plus bref on est bien et on dirige maintenant vers la Schlucht: le single en serpentin qui y mène frôle le génial: un bon moment. je déboule cette pente et la foule présente sur place en raison de l’attractivité du lieu mais aussi lié au départ de l’épreuve du 13km encourage vivement les galériens du 33km. Par contre le chemin qui en repart dans la forêt est incourable, mais c’est déjà l’avant dernière grosse montée de l’épreuve et je commence à faiblir, musculairement et moralement. La beauté des gazons qui suivent redonnent la pêche et le sourire et le terrain devient à nouveau un peu plus simple à aborder.  Je profite car les kilomètres s’égrainent et la ligne d’arrivée approche: une dernière plongée du Faing vers la station de ski du Lac Blanc et l’arche d’arrivée se présente face à moi. Un concurrent pensant que la place avant moi est qualificative pour les JO ou le championnat du monde trouve moyen de me dépasser sur la ligne en sprintant ! Bel esprit… Et moi je finis  les crêtes vosgiennes (33km / 1100 m d+) à la 139ème place sur 834 arrivants en 3h20min soit une vitesse moyenne de 9.89km/h.

Ma trace Movescount est ici.

Mon impression: bien mais peut mieux faire ! La victoire là dedans est d’être arrivée à franchir la ligne d’arrivée sans raviver ma blessure qui m’avait éloigné des sentiers de montagnes de avril à juillet. Je paye sans doute le manque d’entraînement, ayant été arrêté près de 4 mois. Mais que ça fait du bien de retrouver les sommets vosgiens et en plus directement sur son plus prestigieux chemin: les crêtes !

J’ai trouvé une vidéo avec vues aériennes de la course des crêtes, des images à couper le souffle; bravo à son réalisateur:

Petits coups de gueule ou diverses remarques: la personne de l’organisation de la ligne de départ demande aux coureurs de ne pas jeter trop de déchets dans la nature ! Consigne surprenante. NON: 0 déchets. Dans le même état d’esprit, bravo aux coureurs qui laissent tomber leur petit tube de gel sur le parcours (j’en ai trouvé 3), ils n’ont rien compris. Enfin plus étrange, vu au sol sur le parcours, un emballage de médicament et… de la ventoline ! Dans le doute on dira que ce sont des marcheurs, des asthmatiques ou des malades qui sont passés par là, mais pas des traileurs.

 

Le parcours (avec des chiffres un peu élevés !):

Distance totale: 32.53 km
Altitude maximum: 1362 m
Altitude minimum: 1098 m
Denivelé total positif : 1479 m
Denivelé total négatif: -1553 m
Vitesse moyenne: 11.20 km/h
Durée totale: 03:19:30
Télécharger

 

 *** La page Facebook de partage autour du running et du trail en Alsace *** 

rejoignez-nous-facebook

 

Laisser un commentaire