Mon test de la chaussure de trail Mizuno Wave Mujin 3

La Mizuno Wave Mujin 3: ce n’est pas tout à fait le type de chaussure que j’ai pour habitude de porter: je suis généralement plus orienté vers des chaussures de trail légères, à “petit” drop. Ce type de conception est assez efficace sur des trails courts (considérons ici courts des trails inférieurs à 30km), ou bien peu technique ou roulant. La Mizuno Wave Mujin 3 va à l’encontre de mes habitudes dans la mesure où nous avons là une chaussure robuste que je considère conçue pour un autre type d’utilisation. Voici mon test de la chaussure de trail de cette fin d’année 2016, la Wave Mujin 3 proposée  par l’équipementier sportif japonais Mizuno. Il est important de noter que ce qui est écrit dans ce test n’engage que moi dans le mesure où je retransmets simplement mes impressions et mes sensations !

La prise en main et l’esthétique: Lorsque l’on sort la chaussure de sa boite une première impression émerge directement: la robustesse de la chaussure. Une robustesse dans son intégralité, que l’on évoque la partie semelle de la chaussure ou son “mesh”  (partie qui recouvre le dessus du pied). Cela inspire directement confiance quant à la qualité du produit; et par conséquent sa potentielle durée de vie. Cela sera bien entendu à tester dans la durée. Concernant l’apparence, Mizuno a allié la discrétion du noir avec des couleurs relativement “flashy” en cohérence avec les couleurs de sa gamme trailrunning, mais aussi avec celles de la tendance de cette fin d’année. Ce n’est pas extravagant, ce n’est pas trop discret: c’est pour moi le juste milieu.  La semelle est verte claire, un vert assez lumineux, l’intérieur de la chaussure est de couleur bleue électrique et le mesh est principalement noir avec des effets nids de guêpes à certains endroits; le tout est complété avec des effets de rappel de couleurs verte et bleue. Les logos de la marque, sur le côté et à l’arrière de la chaussure sont eux en argenté brillant. Le chausson est constitué d’un tissu aéré -en nylon-, principalement sur l’avant du pied, la partie arrière est quant à elle constituée de matière bien plus rigide et épaisse. Concernant le dessous de la semelle, du crampon! L’architecture et la répartition des crampons sont assez originales dans la mesure où leurs formes, leurs hauteurs et leurs orientations sont sassez irrégulières. En observant la semelle, on comprend rapidement que cette disposition permettra au traileur d’avoir une accroche quel que soit les cassures du terrain sur lequel il va courir.

Pour ma première sortie avec ces chaussures, je me rends sur ma trace historique, dite la Nono’S Classik, ma trace de 26km et 1100 m de d+ autour du Mont Sainte-Odile: au programme du chemin forestier, de la monotrace caillouteuse, parfois rocheux, du chemin jonché de racines, du sableux, bref de quoi avoir une bonne première approche de la Mizuno Wave Mujin 3. Les conditions sont ce jour là très sèches je ne pourrai donc pas tester l’adhérence sur surfaces humides durant cette sortie. Au moment de chausser on s’aperçoit qu’elle taille relativement grand par rapport aux pointures que j’ai coutume de porter, un test en magasin semble nécessaire pour avoir sa bonne pointure sur ce modèle. On constate également que ce modèle est assez large: ça peut être quelque chose d’intéressant pour les traileurs qui cherchent une chaussure pas trop serrée; pour les autres dont je fais partie, un bon laçage peu aisément compenser leur largeur sans craindre une diminution du maintien aux pieds.

Cette fois c’est vraiment parti: après quelques minutes en montée sur du chemin assez roulant, les pierres et des racines rampantes à la surface du sol envahissent le chemin… et là c’est ma première grande surprise… je pense ici la perception des terrains accidentés au niveau de la plante de pieds: la semelle absorbe idéalement les irrégularités de la surface et malgré le nombre de racine et de roches au sol, on ne perçoit rien de désagréable sous le pied. En cherchant un peu, on s’aperçoit que la chaussure est équipée de la technologie “Wave” (d’où le nom du modèle…) qui garantit une bonne répartition des chocs au moment de l’impact au sol. C’est très intéressant puisque c’est justement à cet endroit, sous le pied, que j’avais eu particulièrement mal avec mes anciennes chaussures lors de mon dernier trail long, celui du 87km du Grand Trail de la Vallée des Lacs. Je pense que cette propriété protectrice est un vrai plus sur les très longues sorties, de type ultra-trails. Je m’aventure à poser le pied sur des rochers plus pointus ou saillants et là pareil, le pied n’en pâtit pas car c’est la semelle qui s’accapare des formes cassantes du parcours et le porteur de la chaussure ne ressent presque rien.

En regardant de plus près on remarque que la semelle, signée du fabricant de pneumatique français Michelin, est en effet rigide, tout comme les crampons qui l’équipent. Instinctivement, on a le sentiment de partir avec des semelles de qualité. Concernant l’accroche, la qualité selon moi, indispensable et la plus importante pour une chaussure de trail, il n’y a rien à redire sur cette première sortie sur sol sec. Que ce soit sur racines usées ou roches, ça accroche très bien, je ne déplore aucune glissade ou dérapage incontrôlé sur cette première sortie. Malgré son chausson relativement rigide, je n’ai pas eu à déplorer de quelconques rougeurs ou ampoules, et ce même lors de ma première sortie de 26km alors que mes pieds n’étaient pas habitués à la chaussure.

Je les teste sur une seconde sortie sur des chemins moins rocheux mais plus boueux. Volontairement je porte mes foulées sur le bord des flaques d’eau et dans la boue… et ça accroche! L’adhérence sur ce type de terrain plus gras me permet d’être mis en confiance, et le coureur relativement prudent que je suis, peut avancer sans craindre la glissade et la chute.

Il faut à présent essayer la Mizuno Wave Mujin 3 en montagne, en condition humide. Quoi de mieux qu’une bonne sortie dans la brume automnale des hauteurs vosgiennes? Les conditions: brouillard, encore plus humide que dans une piscine, une visibilité proche du néant, un petit crachin accompagné d’une petite brise, le tout agrémenté d’un petit 10°C ambiant… bref de quoi s’amuser, c’est idéal pour mon test. Sur ce chemin, quelques pierres devenues vertes par la mousse mais surtout de la racine de surface: et là ça accroche! et ça accroche plutôt bien par rapport à la taille des crampons. Je m’amuse à faire des foulées volontairement appuyées et marcher sur les obstacles glissants qui se présentent devant moi pour aller jusqu’au bout de mon essai et… je ne dérape toujours pas et c’est tant mieux !

Et enfin la sortie ultime, le Belfortrail: un 55km avec 3000m de d+, réputé comme un des trails les plus techniques des Vosges. Là aussi,il y a de la roche couverte de mousse, de la racine cachée par les feuilles mortes, de la boue, bref un formidable terrain de jeu! Le tout est couronné par une météo automnale avec du brouillard, de la pluie et du vent. Verdict: 55km et 0 glissades! c’est parfait, un sans faute. Et ma belle surprise sur ce trail c’est le confort que la Mujin 3 m’a offert. Je n’ai senti aucune douleur, ni aucune gêne, ni aucun frottement aux pieds, et ce malgré mes huit heures de course ! Les chaussures m’ont apporté le même confort du début à la fin de mon Belfortrail. Il est clair que j’utiliserai cette chaussure pour mes futurs trails longs ou pour les trails les plus exigeants. Le poids légèrement plus important que mes chaussures habituelles ne s’est pas du tout fait sentir.

Pour conclure, c’est une chaussure qui offre une sécurité optimale au coureur. Elle sera particulièrement utile sur les longues distances par ses qualités protectrices. Mizuno offre ici un modèle qui allie adhérence, confort et protection: 3 caractéristiques essentielles pour une chaussure de trail que la Wave Mujin 3 possède. En se lançant avec ce modèle on fait clairement le choix de la qualité et du durable.

Les produits Mizuno sont en vente dans les magasins Endurance Shop de Haguenau et de Strasbourg.

Quelques caractéristiques techniques:

  • Coloris : bleu, noir et vert
  • Poids : 360 g
  • Drop :12 mm
  • Epaisseur semelle avant: 10 mm
  • Epaisseur semelle arrière: 22 mm
  • Existe en modèle Gore-Tex

Vous aimez Mizuno? Retrouvez également mon test du vêtement technique de trail Mizuno BG Wave LS HZ!

La page Facebook de partage autour du running et du trail en Alsace

rejoignez-nous-facebook

Author: Arnaud MICHEL

4 thoughts on “Mon test de la chaussure de trail Mizuno Wave Mujin 3

  1. Bonjour ! Merci pour ce test et les commentaires intéressant. J’ai une remarque sur ce nouveau modèle. Je cours avec la Mujin 2 depuis cette année et viens de passer sur la Mujin 3 GTX… Sauf qu’à ma grande surprise, j’ai perdu une taille puisque du 44 je passe au 43. Est ce une remarque générale ou juste un cas particulier ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.