Mon interview de Sébastien SPEHLER, un traileur Made In Alsace

Sébastien SPEHLER, un traileur, un traileur qui gagne, un alsacien, bref un mec bien. Il est le traileur alsacien référence avec son palmarès qui laisse rêveur: des Crêtes Vosgiennes, au Trail du Wurtzel, en passant par le Trail du Petit Ballon,  Sébastien est à chaque fois monté sur la première place du podium. Mais ce n’est pas tout puisqu’il s’est également imposé dans des compétitions majeures nationales, sur des parcours réputés comme la 6000D (4 fois vainqueur!), le Trail blanc de Serre-Chevalier ou encore la maxi Race. La liste est en réalité bien plus longue que ça et j’auraiq pu en citer plein d’autres. Entre deux entraînements, Sébastien, s’est pris quelques instants de son temps pour répondre à mes questions sur son parcours, ses souvenirs, ses entraînements, ses conseils et ses objectifs à venir. Un grand merci à lui.

Du canicross au trail… peux-tu nous expliquer ce parcours atypique?

C’est assez simple en fait: Je cours depuis toujours. A 18 ans, je suis devenu maître chien à l’armée de terre et le canicross est une manière de maintenir les chiens en bonne condition physique. J’ai de suite accroché à ce sport très loisir. Plus tard, en 2012, un trail a été organisé près de chez moi. Les organisateurs m’y ont invité et c’est ainsi que j’ai découvert et apprécié cette discipline.

Quels sont tes terrains d’entraînement préférés en Alsace et pourquoi?

C’est dur à dire, il y a tellement de terrains différents. Il y a les parcours trail vers les Crêtes Vosgiennes ainsi que dans les vallées d’Orbey et Munster qui sont vraiment sympas. Mais j’aime beaucoup courir dans le secteur de Ribeauvillé car les parcours sont aussi très montagneux mais avec un climat quand même bien plus souvent favorable que les Crêtes. Pour les séances plus rapides, les chemins dans le vignoble sont le paradis!

Dans ton palmarès, on peut voir que tu as remporté plusieurs trails locaux. Parmi ces derniers y en a-t-il un que tu affectionnes particulièrement? Si oui, pourquoi?

Oui, j’ai débuté dans le monde du trail en faisant plusieurs courses dans la région. Ils ont chacun leurs particularités et leur charme. Bien sur, le trail du petit ballon est le classique du début d’année. Il est sympa car le parcours est rapide et l’ambiance est bonne parmi tous ces coureurs. Evidement, les Crêtes Vosgiennes sont l’épreuve mythique en Alsace. Cette course est vraiment magnifique. C’est une chance d’avoir une région si ouverte à la course à pied et avec une telle diversité d’épreuves.

Si la 6000d était un royaume, tu en serais le roi… que t’inspires cette course ?

La fameuse 6000D… En fait, cette course c’est la première “grosse” course trail que j’ai gagné. Elle représente plein de souvenirs. L’ambiance y est simple, avec de belles valeurs!
Mais de la à en dire que j’en suis le roi…. Non!. Je trouve qu’une carrière de sportif ne se fait pas en 3/4 ans… Ca serait trop simple!

Quel est ton plus beau souvenir lié à ta pratique du trail?

Je dirais plus globalement que c’est ma première année trail, avec la découverte de ce sport et qui s’est finie avec le titre de champion de France de trail. C’était un peu le début d’une nouvelle vie!

Quels sont tes objectifs pour la saison prochaine? Comment te vois-tu d’ici 5 ans?

L’année prochaine, j’aimerais tenter la qualification au Mondial de trail car ce championnat se déroulera sur une distance de 50km, distance que j’apprécie. La qualification se jouera le 19 mars au trail du Ventoux et les mondiaux seront le 10 juin en Italie. Dans le cas où la qualification ne se fait pas, je verrai selon les envies!

Quant à dans 5 ans… C’est dur à dire! Je courrai toujours sauf accident. Je ne me fixe pas d’objectif, c’est à voir en temps voulu. J’aimerais bien une fois tester un marathon voire un 100km. Pour ce qui est de la pratique du trail, la plupart des coureurs “élites” ont environ 5 ans de plus, voire davantage, que moi. L’avenir nous le dira!

Suis-tu une alimentation spécifique? Si oui, peux-tu préciser? As-tu des conseils concernant la nutrition en compétition?

Je ne fais pas plus attention que cela. Par contre, je suis assez sensible au gluten. Ce n’est pas une mode mais bien à cause de soucis d’assimilation donc je l’évite!
Mais après je m’entraîne +/- chaque jour et ma dépense en calories est conséquente donc je peux manger sans trop de soucis. Après, c’est clair que je ne me fais pas un Mac Do chaque semaine!!
Le conseil nutrition c’est de trouver “son truc”… Il ne faut pas vouloir copier son voisin. Nous sommes tous différents et chacun a ses préférences.

Depuis quand pratiques-tu ton activité de coaching ? Quel est le public visé? Comment se passent tes stages de trail?

J’ai commencé le coaching début 2014 et j’en ai fait mon métier depuis septembre 2015. Je ne cible pas de niveau particulier. La seule condition est évidement de pratiquer de la course à pied.
Finalement, chacun à ses objectifs par rapport à son niveau. Ce n’est pas forcément plus facile de faire passer une personne en moins de 50′ au 10km qui a peu de temps pour s’entraîner et un petit “moteur” qu’un très bon coureur qui vise le 32′.
En ce qui concerne les stages trail, j’en organise 1 à 2 par an, ouvert à tous les niveaux. Pour moi, je me base plus sur un weekend de convivialité et de partage que sur la recherche de performance et de grands discours de la science infuse 🙂

Quels conseils donnerais-tu à un coureur sur route qui veut faire son premier trail?

Je dirais qu’il faut commencer progressivement en augmentant petit à petit les distances s’il en a envie. Le trail n’est pas forcément de faire le plus de kilomètre possible!

Quels conseils donnerais-tu à un traileur en recherche de progression?

La plupart des personnes qui me contactent ont de gros soucis de vitesse de base. C’est souvent là qu’il perdent beaucoup de temps sur les courses. Les trails ce ne sont pas juste des montées où l’on marche et des descentes! Il y a aussi des parties très roulantes où il faut savoir courir vite. C’est donc souvent ici que se trouve la plus grande marge de progression.

LL

Merci à Sébastien de m’avoir répondu mais aussi de m’avoir laissé prendre des photos de son profil FaceBook. Pour toutes les informations le concernant, comme son palmarès complet, son activité de coaching, rendez vous sur son site internet Spehler-Sebastien.com

LL

 

La page Facebook de partage autour du running et du trail en Alsace: Running Alsace
rejoignez-nous-facebook

Une réflexion au sujet de « Mon interview de Sébastien SPEHLER, un traileur Made In Alsace »

  1. Ping : Mon interview de Mathieu MOTSCH, ultra-traileur alsacien. | VersLeSommet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.