Mon récit et résumé du Challenge des Seigneurs 2016 (Défi des Seigneurs et Mac VI)

Voilà je suis un Seigneur selon les Vosgirunners ! Pour le devenir c’est simple (enfin…) il fallait finir la course composée de deux courses sur deux jours. C’est technique et douloureux mais en gros le principe est de courir 76km (2500m d+)  le samedi et 25km  (1000m d+) le lendemain. Je n’avais jamais couru autant, ma plus longue course était d’ailleurs sur le même week-end en 2014 sur le Grand Défi des Vosges. J’y gardais un bon souvenir puisque avec le porteur de gourde, nous avions fini à des places pas trop laides (13ème place pour moi).

#episode1/2: Nous sommes samedi matin, réveil 04h20; le bonheur. Les affaires pour la mission sont prêts, il n’y a plus qu’à petit-déjeuner, récupérer le porteur de gourde et direction Niederbronn. Nous arrivons largement à l’heure, il fait frais et couvert. Le départ est donné, nous ne sommes pas très nombreux pour cette aventure de 76km (le Défi des Seigneur). Comme souvent, ça part relativement vite à mon sens: nous sommes avec Marc à 10.5km/h de moyenne sur les 20 premiers kilomètres. Ces kilomètres ne sont pas forcement les plus baux du parcours mais le temps passe assez vite car nous avons de l’énergie pour discuter comme si nous étions autour d’un verre! Justement,viens déjà l’heure du premier ravitaillement, au niveau de Lembach, de quoi manger du bon saucisson, avec de l’emmental le tout agrémenté d’un célèbre soda américain. Les chemins sont assez larges et c’est peu technique; c’est typiquement le souvenirs que j’ai gardé de mon Grand Défi des Vosges 2014. Les concurrents commencent à s’espacer petit à petit et il faut commencer à être plus attentif à la signalisation pour ne pas se tromper; mais de ce côté là pas de panique: gros travail de balisage de la part des organisateurs, je n’ai jamais eu une seule hésitation au niveau des croisements. De quoi avancer tranquillement sans ce soucier de savoir si l’on est sur le bon chemin. Nous arrivons du côté du château du Fleckenstein, et là très belle découverte, je suis impressionné par ce château fort que je ne connaissais que de nom, c’est clairement un très beau monument. C’est également à cet instant que Marc prendra son envole dans une descente jonchée de racines, plus à l’aise je ne vais plus le revoir. Le tracé nous fait passer à proximité de belles ruines de châteaux et roches à l’architecture intrigante. Nous courons principalement, exclusivement dans la forêt: de ce côté des Vosges, il n’y a pas de crêtes ou de grandes clairières à traverser. Et comme la forêt nous réserve parfois des surprises, nous passons de temps en temps au dessus d’arbres abattus qui jonchent notre chemin. J’entends certains coureurs ronchonner, moi je trouve ça amusant malgré la difficulté que cela apporte en plus. Nous sommes à plus de 50km de course, la vitesse moyenne a évidement baissé et je commence à regarder de plus en plus souvent ma montre. Ca commence à faire long et l’absence d’entraînement sur le dernier mois se fait sentir. J’avance, j’avance et j’avance encore, je ne dépasse personne, personne ne me dépasse. C’est l’heure de monter au Wintersberg qui est à la fois la plus longue montée (4km de montée) et le point le plus haut (596m) de ce trail. C’est aussi le dernier ravito avant l’arrivée: dernière prise d’énergie à base de saucisson, avant d’entamer la dernière descente. A ce moment là, les jambes retrouvent une seconde jeunesse et le single, sans trop d’obstacles, qui nous amène vers la ligne d’arrivée, permet d’envoyer une dernière fois la sauce. J’entends le speaker, le chemin se transforme en route macadamisée et l”arche d’arrivée est devant moi: je suis arrivé en 57ème position sur 303 arrivants en 08:56:03.58, c’est précis, très précis ! Un massage s’impose, et c’est Philippe, kiné à Nierderbronn et bénévole du club des Vosgirunners qui va s’en charger. Encore merci à lui.

#episode2/2: Après une nuit pizza bien nourrissante et une nuit bien reposante, rejoint par Clément, un copain de Marc, nous nous levons pour prendre le second départ du week-end: la Mac VI, course de 25km pour 1000m de d+. Les jambes sont courbaturées et lourdes et une douleur à l’arrière du genou gauche vient pimenter le réveil ! Il n’est pas question de ne pas prendre le départ de cette course de 25km  qui fera de moi un “Seigneur” (des Vosges du Nord). Il est 10h00, aujourd’hui beaucoup plus de coureurs car nous sommes prêt de 900 sur la ligne. Le top départ est donné, et après un tour de stade, nous attaquons directement la même montée que la veille. Une nouvelle fois ça part vite (encore plus vite que la veille), les jambes sont toujours aussi lourdes mais nous nous laissons entraîner par la foule et les concurrents, pour la plupart plus frais. Étrangement une fois chaud, ça va encore et je profite de ce semblant d’énergie pour avancer à bon rythme sauf qu’au 10ème kilomètre, c’est le drame, tout s’effondre, le mur ! Plus moyen d’avancer, ni sur les montées, le plat ou les descentes: j’ai l’impression de courir avec un frein à main ou avec un boulet accroché au pied. A ce moment là c’est psychologiquement difficile car les autres coureurs me dépassent de partout, par wagons complets, et moi… plus de jus ! Il faut pourtant tenir, mais j’ai l’impression que les kilomètres ne défilent plus. Petite consolation personnelle, je profite de ma vitesse à présent plus modérée pour admirer les rayons du soleil qui pénètrent la forêt. Nous montons pour la seconde fois du week-end au Wintersberg, Marc est loin devant et Clément finit à son tour par me dépasser dans l’ultime descente de cette course. Je conclue dans la douleur cette course en 02:42:00, c’est à dire à la 121ème place sur 668 arrivants.

Et pour finir, il faut additionner les deux temps et ça donne… 11h38min. Un rapide regard sur le classement et ça donne une correcte 17ème place sur 109 arrivants et environ 150 inscrits. Une nouvelle fois, les derniers mots sont pour les organisateurs: un grand bravo à eux, on sent là un week-end trail bien rodé, un balisage parfait, rien n’est laissé au hasard: les ravitos étaient bien complets, il y en avait pour tous les goûts et le tout distribué par des personnes aux grands sourires. Les résultats 2016 du Challenge des Seigneurs c’est ici.

Ma prochaine étape: dans une autre vallée, mais toujours dans les Vosges… direction la vallée de Munster pour le trail des Marcaires. Ce sera le 22 mai prochain.

Challenge des Seigneurs 2016 (1)

 La page Facebook  de partage autour de la course à pied et du trail en Alsace: Page Facebook

Author: Arnaud MICHEL

7 thoughts on “Mon récit et résumé du Challenge des Seigneurs 2016 (Défi des Seigneurs et Mac VI)

  1. Bravo, t’es un warrior 🙂 Je termine juste derrière toi sur la Mac VI : fourbu et cramé comme prévu. Bonne récup à toi et bon enchainement sur d’autres trails, je vais suivre ça attentivement. A bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.