Le trail et la tendinite du releveur

J’ai disparu de la circulation pendant trois semaines. Ma mère ne souhaitant pas me faire un mot d’excuse, j’ai tenté d’imaginer une autre bonne raison, et j’ai trouvé …:

Dans le trail le maintien du pied dans la chaussure est un élément indispensable. L’objectif ultime est bien sur d’éviter l’entorse, si facile à se faire sur nos si appréciés chemins rocheux. J’ai malheureusement fait la triste expérience de trop lacer mes chaussures Mantra sur la sortie GR5 de deux jours (105km, 4200m d+). Mon idée était de ne pas se tordre le pied afin d’aller au bout du défit. Objectif réussi car moi et mon porteur de gourde sommes arrivés au bout, sauf que j’ai eu un effet pervers de ce laçage: au bout d’environ 70 km, apparition d’une douleur sur le cou de pied droit lors de la relance, et ce à chaque foulée. A ce moment là (précisément avant d’attaquer la montée du Grand Ballon, point culminant de la région) je ressens cette douleur qui m’oblige à courir en serrant les dents. Je me dis que ça passera puisque ça passe (presque) toujours. Sauf que le lendemain lundi, la douleur est là, la douleur est vive, le tout accompagné de la zone enflée et de rougeur. La douleur est particulièrement intense quand je lève le bout du pied (avec le talon au sol) avec des sensation bizarres types “petites décharges électriques” entre le tibia et les doigts de pieds. Direction le médecin et diagnostique : tendinite d’un releveur! What’s thaaaaat? Le nom est médicalement assez simple à comprendre et parlant, ce sont les tendons qui permettent de relever les pieds.

Le traitement: Assez simple, je dois m’appliquer de la pommade anti-inflammatoire type Flector, et une superbe atèle pour éviter de relever le pied? L’atèle est à porter au maximum durant une dizaine de jour. Bien entendu, repos complet durant cette même période. Ok, j’obéis. Au bout de trois jours je ne sens plus aucunes douleurs, en marchant, avec ou sans atèle. C’est bon signe mais je vais jusqu’au bout de mon traitement.

Une petite dizaine de jours plus tard, je rechausse mes baskets pour tester ce pied. Les impressions sont globalement bonnes, sauf que au bout de 3 kilomètres, c’est le drame: les douleurs sur mon cou de pied réapparaissent, je rentre en marchant et retourne chez mon généraliste.

Ce dernier étant adepte des méthodes douces, il me propose de partir sur sept jours de glaçage quotidien: le principe, c’est simplement de laisser fondre un ou deux glaçons par jour en les frottant doucement sur la zone douloureuse (attention à la brûlure à froid…). C’est une méthode globalement très désagréable, mais pareil je suis assidu. Je n’ai plus de rougeurs ni de zone enflée. Le médecin me propose d’accompagner ce traitement par des étirements, types “pointes”. Par contre pour ce conseil là, je n’ai pas fait, pas motivé (ça me rappelait les insupportables cours de gymnastique en EPS durant ma scolarité!). Il me parle également de prescription de quelque séances de kiné dans le cas où les soins proposés ne s’avéraient pas efficaces.

J’applique les préconisations du docteur, sur une petite dizaine de jours et je retente une petite sortie (pas trop de kilomètres, à allure modérée). Bingo ! plus rien, plus une douleur. Il semblerait que je sois guéri. Les sorties suivantes, de plus en plus longues, le confirmeront, je n’ai plus de douleurs pendant ni après l’effort.

Pour résumer:

L’origine:

Une sortie longue (55km) avec un laçage trop serré: avec un laçage trop serré sur un endroit, les tendons sont “compressés” et cela augmente les frottements de ces derniers. Il est donc nécessaire de serrer uniformément sa chaussure de début à la fin de la zone de laçage, et pas uniquement sur un endroit (généralement au niveau du nœud du lacet); cela peut faire sourire, mais sur de longues distances, rien est à prendre à la légère, ni même faire ses lacets.

Les soins:

  • Application quotidienne d’une pommade anti-inflammatoire (15 jours)
  • Port d’une atèle (7 jours)
  • Glaçage quotidien (10 jours)

 Retrouvez aussi mon partage d’expérience sur la tendinite du talon d’Achille: c’est ici.

Author: Arnaud MICHEL

5 thoughts on “Le trail et la tendinite du releveur

  1. J’ai ce problème récurrent à cause de ma semelle orthopédique à gauche qui est un peu plus “mastoc” et remonte mon pied dans la chaussure… Donc j’ai le lacet qui serre malgré le fait que la chaussure ne soit vraiment pas ultra serrée. C’est super embêtant comme tendinite car ça continue de faire mal avec les chaussures de ville… Je viens d’en refaire les frais !
    Donc c’est parti pour glaçage + anti inflammatoires…! Mais ton témoignage est rassurant 🙂

  2. Merci beaucoup pour l’article ! Ça fait plaisir de mettre des mots sur une douleur qui est assez mystérieuse ! Même chose pour moi… lacage trop serré lors d’un semi et voilà la tendinite ! Du coup je suis tes conseils pour enlever la douleur… ça revient après des sorties longues… étirements et glaçage !

  3. Salut, merci bien pour l’article, je vis actuellement une expérience très semblable. Le médecin m’a diagnostiqué un tendinite au même endroit et je me demandais à quoi ressemblait ton attelle?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.