Trail en Alsace sur le GR5 de Ribeauvillé à Thann (104km, 4200 m d+)

Le projet (présentation ici) était dans les cartons depuis quelques mois. Le voilà réalisé. Il consistait à courir, sur deux jours, une partie alsacienne du GR5 allant de Ribeauvillé à Thann. Au programme, légèrement moins de 100km (99.7km) pour légèrement plus de 4000m de dénivelé positif (trace Openrunner ici), le tout en suivant du début à la fin le rectangle rouge, balise du GR5. Déjà prévu en mai, Marc le porteur de gourde et avare comme moi de défit un peu bizarroïde, n’avait pu se libérer pour m’accompagner, mais m’a finalement rejoint sur ce week-end de mi-août pour réaliser le défi.

Jour 1 : de Ribeauvillé au Hohneck:

Nous sommes le 15 août, il est 09h30 le départ est donné. Au bout de 500m, nous discutons et nous nous trompons rapidement: déjà 1.5km de détour ! Ça ne commence pas très bien. Sous un ciel nuageux, nous nous engageons dans les bois sur les hauteurs de Ribeauvillé pour rejoindre les chaumes. Arrivés à Aubure, nous essuyions les premiers crachins, légers mais pas forcement agréables.  Nous rencontrons peu de monde et sortons enfin de la forêt peu de temps avant le passage au Bonhomme. Parfois dans les nuages, parfois sous les nuages, nous attaquons une montée difficile direction le Lac Blanc. Nous passons à côté d’intéressants vestiges de la première guerre mondiale, comme un ancien téléphérique allemand, des barbelés d’époque… à défaut de pouvoir profiter du paysage en raison d’une visibilité réduite (nuages, nuages, nuages…) nous profitons de l’Histoire des lieux. Après avoir repris des forces au Lac Blanc, en sortant du restaurant, la météo se complique franchement: nuage, brouillard épais, vent, pluie franche… et ce jusqu’à la fin de la journée. Il reste alors plus de 2 heures à courir, à découverte sur les crêtes et il fait froid et très humide. C’est long, presque interminable et nous râlons: le seul objectif est alors d’arriver au plus vite au refuge du Sotré, notre point de chute pour la nuit, sur le côté vosgien du Hohneck, pour se réchauffer. C’est chose faite, au bout de 7h43 de course!

Après une douche et un repas qui nous réchauffent, puis des étirements et une visite de la jungle nous ne tardons pas à nous coucher pour attaquer la deuxième journée. Le refuge du Sotré est un super endroit pour se loger; c’est un endroit qui sent la convivialité et montagne, avec par exemple une dédicace de Stéphane Brogniart, célèbre traileur vosgiens, accrochée au mur qui a  visiblement l’habitude de loger au Sotré. Le prix de la nuité est plus que raisonnable et le repas y est délicieux!

La trace et les stats de la première journée: ici

Jour 2: du Hohneck à Thann:

Après un réveil assez matinal et un bon petit déjeuner nous quittons le Sotré dans un brouillard qui offre une visibilité quasi nulle. Cela ne durera que quelques instansts puisque l’étape d’après est de redescendre via un chemin très technique, à Mittlach dans la vallée de Munster (sur le chemin du trail des Marcaires) (à une altitude quasi équivalente à notre point de départ de la veille): nous nous retrouvons enfin sous les nuages, au sec. Les muscles relativement en forme, nous pouvons attaquer la plus grosse montée de la journée avec un gain de 700 mètres environs sur 7km de long et ainsi regagner les crêtes. Nous passons le Markstein pour nous restaurer rapidement pour ensuite rejoindre le point culminant des Vosges et de la région: le Grand Ballon et ses 1424 m d’altitude. Météo difficile oblige, nous y parvenons sous les nuages, avec une fois de plus, une visibilité proche du néant: nous ne verrons rien de la plaine d’Alsace. Pas grave, nous avons à présent l’habitude. En descendant, après m’être fait courser par un troupeau d’une trentaine de chèvres désireuses de sortir de leur enclos (avec le désormais célèbre cris de détresse “Marc, quesqu’ooooon faiiiiiit?” ) nous rejoignons les bois que nous ne quitterons plus jusqu’à l’arrivée. Lors de l’ultime descente, nous avons le droit à une nouvelle belle rincée, un peu comme un bouquet final,  histoire de bien nous faire comprendre que ce n’était pas le bon week-end. Cette descente relativement roulante, nous l’attaquons à un bon rythme d’une dizaine de kilomètres heure, et ce malgré l’accumulation de la fatigue, de bonnes grosses douleurs au niveau de mon tibia droit et sous les plantes de pied de Marc. Nous atteignons la gare de Thann, 10 minutes avant le départ du train qui doit nous ramener au point de départ.

La trace et les stats de la seconde journée: ici

Après quelques railleries, douleurs diverses, grosses pluies mais aussi rires et bons moments et finalement 105 km de parcourus (pour 4222m de dénivelé positifs, 4185m de dénivelé négatifs et 15h10 de course) , le “projet GR5” est bouclé. Deux jours intenses mais agréables qui auraient été plus agréables avec une météo plus clémentes. Encore merci à Marc de m’avoir accompagné dans cette sombre affaire; il faudra nous trouver un projet dans cet esprit pour 2016.

La page Facebook  de partage autour de la course à pied et du trail en Alsace: Page Facebook

Author: Arnaud MICHEL

8 thoughts on “Trail en Alsace sur le GR5 de Ribeauvillé à Thann (104km, 4200 m d+)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.