Trail du Kochersberg 2015 : mon récit et mes photos

Comme souvent, inscription à la dernière minute… mais inscription indispensable pour le Trail du Kochersberg, circuit tracé dans mon “jardin”. La météo semble idéale: un soleil franc et un léger vent pour avoir de l’air. Comme souvent aussi, timing serré avec le programme de mon samedi mais je fais en sorte de ne pas faire un départ lancé depuis ma voiture… J’arrive à l’heure pour le départ. Sur la ligne, à deux mètres de moi, Clément GASS, un déficient visuel qui s’apprête à s’élancer quelques minutes avant nous pour parcourir le même tracé avec une application GPS et sa canne, le tout sans assistance. Je suis admiratif, ce qu’il s’apprête à faire me laisse sans voix.

18789875282_fd9472003f_b

Au reste de peloton de se lancer, ça part vite, très vite, trop vite: 14,5km/h sur les cinq premiers kilomètres! A noter que je perds ma gourde de mon porte-gourde deux fois sur les 500 premiers mètres m’obligeant, à m’arrêter, faire demi-tour, la ramasser et me relancer… je suis contraint de parcourir les 25 derniers kilomètres en la tenant à la main ! Les premières montées arrivent; notamment celle (à Ittlenheim) où je m’étais fait agresser par une buse quelques semaines plus tôt lors de ma reconnaissance du parcours… elle n’est pas là, dommage je m’étais préparé à faire du running-fight 🙂 ! On continue et on dépasse assez rapidement, sur des sentiers exigus au niveau du Mont Kochersberg, les derniers concurrents du 16km, partis 30 minutes plus tôt. Les muscles sont bien chauds et on rentre dans le dur de la course. On court à seulement 3 ou 4 concurrents, bien heureusement car le balisage dans les bois entre Witzenheim et Hohengoeft méritait d’être un peu plus touffu: on doit tous s’arrêter, suite  à des hésitations,  pour s’assurer que l’on est encore tous sur la trace de la course. Quelques rudes cotes plus tard, on atteint l’antenne de Nordheim, point culminant de la course, à 16km,  mais surtout synonyme de descente jusqu’à l’arrivée! On m’annonce alors une encourageante 5ème position. Lors de la reconnaissance, c’est sur les 10 derniers kilomètres où j’étais parvenu à augmenter ma vitesse moyenne: ce n’a pas été le cas sur la course car l’énergie qui me restait ne m’a pas permis de faire la même chose. Pas grave, on conservant ce rythme de croisière, la  place finale devrait être honorable. Je me fais en effet dépasser par quelques autres coureurs sur le chemin du retour, dont la première féminine, mais impossible de donner plus:  Il fait chaud, très chaud (ma casquette est dans mon sac de sport, à la consigne… très utile!) et l’objectif est maintenant simplement de finir. Je prends un premier et dernier gel, je bois beaucoup et cela me me permet de finir difficilement la course, mais de la finir quand même: je boucle la boucle en 9ème position sur 219 arrivants en 02:08:02.

18794901235_1b8e99ca93_c

Pour conclure, une position finale qui me satisfait, je pense que je ne pouvais pas donner plus. Un camelbak à la place de la gourde aurait sans doute été plus adapté à chaleur en me permettant une meilleure hydratation. A saluer la belle organisation  des Quatz-Trotters avec un nombre impressionnant de bénévole qui ont su faire de ce 5ème trail du Kochersberg course nature de référence.

Ma trace Movescount: Trail du Kochersberg 2015

Mes photos de la courses sur ma galerie Flickr (départs du 16 et 26km): ici

Les résultats sur le site de performance67.com

La page Facebook de partage autour de la course à pied et du trail en Alsace: Page Facebook

Author: Arnaud MICHEL

0 thoughts on “Trail du Kochersberg 2015 : mon récit et mes photos

  1. J’ai déjà été attaqué 2 ou 3 fois par cette même buse, dans cette même montée… Elle doit nicher dans le coin.
    En tout cas, course vraiment très sympa, assez roulante et très bien organisée. Il faisait, en effet, vraiment très chaud…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.