Trail en Corse

Mon programme de trail en Corse ne s’est pas prévu comme voulu. Initialement, deux trails de moyennes distances étaient programmés. Le premier qui devait partir du village de notre chambre d’hôtes, Moncale, a rapidement tourné au vinaigre car impossible de trouver les chemins correspondant à la trace GPS préparée sur plan à la maison. Après plusieurs allers et retours à chercher les sentiers dans le maquis je me résigne à laisser place à l’improvisation et réduire la sortie sur des chemins mieux tracés et surtout plus courts. Résultat, seulement 5 kilomètres de couru.

Le second, qui consistait à rejoindre la Croix des Autrichiens depuis Calvi n’a pas été tenté car ma peur des serpents a pris de dessus. Nous avions rencontré une couleuvre lors d’une promenade sur les hauteurs de l’Ile Rousse au bord d’un chemin rocheux, il y avait une forte probabilité de retomber nez à nez avec un autre rampant. La chaleur et les roches sur ce parcours peu fréquenté ne ne m’ont pas mis en confiance.

Le dernier, celui qui  me tenait le plus à cœur, était de faire un aller retour au premier refuge du GR20 – Ortu di u Piobbuv-. Les guides de randonnées annoncent 6 heures pour réaliser l’aller depuis Calenzana -village de départ du GR20- , et 5 heures pour le retour. Ces mêmes guides donnent le dénivelé positif de l’aller à 1360 mètres et 60 de dénivelés négatifs, soit un total de 1420 m de dénivelé positif et autant de négatif pour l’ensemble de mon trail. Le départ se fera à 7h30 du matin pour faire l’ascension par des températures acceptables et à l’abri du soleil. Les randonneurs suréquipés sont nombreux sur le parcours et s’écartent volontiers pour me laisser passer. Le début est difficile car les jambes sont lourdes et engourdies par l’heure matinale. Le sentier est de terre avec de nombreux cailloux assez casse-pattes, et l’abrupte montée dans le maquis me permet rapidement  de voir Calenzana tout petit et donne surtout une vue exceptionnelle sur la baie de Calvi avec la Méditerranée en fond de décor. Après être arrivé au premier sommet, le Bocca u Saltu, 1250 m, la tâche se complique sérieusement avec une terrible montée sur des pentes composées uniquement de roches cassées et irrégulières. Il faut utiliser les mains pour se tirer vers le haut, l’avancée ressemblant plus à de l’escalade que de la randonnée ou du trail. Il faut avancer doucement car le risque de chute est important et la voie est dangereuse. Le rythme est la vitesse moyenne baissent considérablement mais après avoir retrouvé des chemins praticables, je me remets à courir. La suite du chemin jusqu’au refuge se fera sur des chemins très techniques ou la vigilance est obligatoire. L’ensemble du paysage est sublime alternant maquis, forêts vertes, forêts calcinées, roches avec les hautes montagnes Corse en second plan. J’atteins le refuge en 2h28min (avec un petit retour en arrière après avoir perdu mes lunettes et une petite erreurs d’orientation). Je m’accorde une pause de 10 minutes pour profiter de la beauté du sommet, prendre quelques photos souvenirs et surtout recharger ma poche d’eau à la source naturelle se situant à une centaine de mètres du refuge.

cartocorse

Je repars et me trompe très rapidement d’itinéraire pour me retrouver sur une corniche au bord d’un vide. Je rebrousse prudament chemin et la descente peut commencer. Je recroise l’intégralité des randonneurs que j’avais dépassé en montant, certains me prenant plus pour un fou qu’un traileur…

topocorse

J’essaye de profiter de la pente descendante pour augmenter ma vitesse mais la chaleur est torride rendant les efforts assez difficiles. Ma réserve d’eau de 1,5 litres ne suffira d’ailleurs pas et je dois monter la deuxième poche d’eau que j’avais emmené par précaution. La descente se fera en 2h08min. Pas mécontent de mon temps, je suis à nouveau à mon point de départ avec des images de somptueux paysages plein la tête et la satisfaction d’avoir fait la course qui me tenait la plus à cœur. Autre satisfaction, je n’ai pas croisé de serpents, sûrement éloignés par la fréquentation de la trace.

Lien vers ma galerie Flickr: ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Author: Arnaud MICHEL

4 thoughts on “Trail en Corse

  1. Wouaw !
    Je ne m’attendais pas du tout à ça! C’est impressionnant et je ne mettais pas du tout rendu compte de la difficulté lorsque tu m’en as parlé jeudi !
    Encore une fois bravo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.